Jacques-Attali_L'Inspiration-politique
Jacques Attali - ©DR

« Les Lumières, socle de nos cultures occidentales » Jacques Attali

L'économiste et écrivain Jacques Attali nous livre son opinion sur l'actualité tumultueuse que nous traversons et sur la nécessité d'un nouvel éclairage, qui permettrait d'éviter les dérives politico-religieuses extrémistes

Commencer

Comme je l’ai expliqué dans mon livre l’Histoire des médias (1) le rapport à la vérité a toujours été problématique dans les peuples sans éducation, et la réponse à ce problème se trouve justement dans l’éducation. Elle passe par l’école, par la famille, par les médias qui doivent combattre pour rétablir constamment la vérité. Il nous faut mener une lutte permanente contre le mensonge, au nom de la Raison. Aujourd’hui, parce que nous vivons dans une confusion générale, tout le monde a envie d’une réponse, d’une solution. Or il existe trois types de réponses globales possibles. Il y a une réponse religieuse : tout vient de Dieu, tout retourne à Dieu. Il y a une réponse scientifique : tout vient de la raison, tout retourne à la raison. Et puis il y a un troisième magma, où se trouvent d’autres théories unifiantes, farfelues, qui sont ce qu’on appelle le complotisme. Elles recoupent une intention identique : toucher la cause unique des choses, comme le faisait Aristote, et comme l’ont fait les religions monothéistes et le culte de la raison, puisque ces deux derniers trouvent une partie de leurs sources dans la pensée aristotélicienne. Dans cette concurrence des projets pour apporter une réponse unifiante, les Lumières n’ont pas du tout disparu, au contraire ! Elles demeurent le socle de nos cultures occidentales ; et nous sommes peut-être en train de gagner la bataille des idées, puisque même la Chine tente de s’approprier ces valeurs, et qu’il ne lui reste finalement du modèle traditionnel que la dictature.

Voir tous les articles en totalité

Articles du même dossier :

Article Précédent

Medellin, l’innovante colombienne !

Article Suivant

Pour ne pas laisser la banque aux banquiers