INNOVATION

À Paris et Port-de-Bouc, on récupère les calories

Quand on n’a pas de pétrole… il reste les égouts et l’eau de mer pour fournir des calories au réseau de chaleur et réguler les températures des bâtiments publics. Exemples dans la capitale et au bord de la Méditerranée.
La rédaction
Élisabeth PAN, Lucie GOAR
Publié le 4 juillet 2024

Ici une piscine municipale, là une école, ailleurs un collège, un bâtiment administratif ou une mairie d’arrondissement… Depuis 2019, la ville de Paris s’est lancée dans une expérimentation qui a fait ses preuves depuis : chauffer ou rafraîchir, selon la saison, des bâtiments publics grâce aux calories puisées dans les eaux usées circulant dans les égouts. La température de l’eau ne descend pas en dessous de 13 °C et ne monte pas au-dessus de 20 °C, s’avérant toujours plus chaude en hiver et plus froide en été que la température extérieure moyenne. Des plaques métalliques fixées sur les parois des égouts, dans les endroits où la canalisation présente des lignes droites, font office d’échangeur thermique.

60 % des besoins

À l’intérieur des plaques se trouve un réseau d’eau qui récupère les calories et alimente une pompe à chaleur raccordée par un microréseau aux bâtiments proches. Pour Paris, dont le troisième Plan climat air énergie territorial, lancé en 2018, prévoit d’atteindre la neutralité carbone en 2050, le potentiel que représentent les 2 600 kilomètres d’égouts n’est pas à négliger. Suez, qui conduit les opérations de cette entreprise de rénovation énergétique, estime qu’à terme les égouts fourniront à eux seuls 60 % des besoins énergétiques nécessaires au chauffage et au rafraîchissement des bâtiments publics. D’autres villes en France comme Bordeaux ou Levallois-Perret utilisent déjà le même procédé.

De son côté, la ville de Port-de-Bouc, dans les Bouches-du-Rhône, mise sur l’eau de mer. Elle a lancé en décembre Seanergies, un programme de rénovation énergétique qui comprend l’alimentation de la ville en eau chaude ou froide, basée sur la thalassothermie. Le projet de 17 millions d’euros, conduit par Engie Solutions, consiste à récupérer les calories marines pour alimenter un réseau de chaleur. Le dispositif sera installé sur les bords du canal de Caronte qui relie l’étang de Berre à la Méditerranée. En parallèle, le projet prévoit la création d’un autre réseau, de froid celui-ci, qui permettra d’alimenter des îlots de fraîcheur sur la commune qui compte 17 000 habitants, en ciblant prioritairement les bâtiments publics.

Stabiliser les prix

Dans le cadre du plan de rénovation, 19 bâtiments communaux seront équipés en toiture de panneaux photovoltaïques produisant l’équivalent de la consommation électrique de 878 foyers. Un troisième réseau va être aménagé pour récupérer l’eau brute (100 000 mètres cubes à terme) qui sera utilisée pour l’arrosage à la place de l’eau potable. Pour Laurent Belsola, le maire de la commune, la mise en œuvre de ce dispositif en quatre volets, annoncée pour la rentrée 2026, va contribuer à la stabilisation du prix de l’énergie et à l’économie de la ressource en eau potable. Seanergies a été constitué sous la forme d’une SEMOP et ambitionne de porter le taux des EnR dans la consommation énergétique de la commune à 67,5 %. Le maire met aussi en avant l’impact sur l’emploi des chantiers dans cette ville où le taux de chômage frise les 20 %.

ça peut vous intéresser

Innovation

Créée en 2008, l’association Orchestre à l’école développe la pratique instrumentale au primaire et au collège. Elle finance la moitié des dépenses nécessaires à l’achat des instruments et s’engage sur...

Innovation

Cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins. Près de 400 personnes vont participer à une expérience de Sécurité sociale alimentaire qui bénéficiera également aux agriculteurs....

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

Innovation

Plantée fin 2021, la forêt urbaine Miyawaki de l’Université de technologie de Troyes connaît une croissance rapide et voit éclore une grande diversité d’espèces végétales et animales. Elle devient un...

Innovation

Pour le politologue Benjamin Morel, c’est une forme de mépris du président de la République à l’égard des élus locaux et des corps intermédiaires qui caractérise la séquence politique qui...

Innovation

À Saint-Tropez (Var), l’intelligence artificielle se met depuis l’été dernier au service de la lutte contre les dépôts sauvages. Les premiers résultats sont très concluants....

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits

Rechercher

Qui sommes-nous
Newsletter
Contact