DOSSIER

Contenu abonné

BOURGES 2028 Quand la culture réveille une ville moyenne

Bourges a remporté le titre de capitale européenne de la culture pour 2028 face à Rouen, Montpellier et Clermont-Ferrand. La ville a été choisie pour sa taille humaine, sa sobriété et ses projets bien ficelés.
La rédaction
Élisabeth PAN, Véronique GIRAUD
Publié le 19 avril 2024

Elle a beau être au centre de la France, elle n’était plus au centre des attentions. Bourges connaît les difficultés de nombre de villes moyennes : une démographie en baisse, un centre-ville en berne, des unités hospitalières menacées et une gare qui n’est pas desservie par le TGV. L’équipe municipale élue en 2020 cherche à renverser la tendance et a fait pour cela un choix singulier. Bourges a misé sur la culture, « levier pour vivre ensemble », selon son maire Yann Galut. Elle s’est portée candidate pour être désignée capitale européenne de la culture en 2028, quand ce sera au tour de la France de porter le label. Face à des challengers déjà bien dotés en institutions et manifestations culturelles, comme Montpellier, Rouen et Clermont-Ferrand, ses chances semblaient faibles. Les dernières lauréates françaises, Lille en 2004 ou Marseille en 2013, sont des métropoles de grande notoriété.

Et pourtant c’est Bourges qui l’a emporté. C’est que les temps ont changé. En France, les villes moyennes ont longtemps été les parents pauvres des politiques publiques d’aménagement. Elles sont revenues récemment sur le devant de la scène. La crise sanitaire a renouvelé l’intérêt public pour leur vie calme où l’on ignore souvent les embouteillages, où l’on prend le temps de vivre en famille, où la nature est proche.

Ambition, sobriété et budget contenu

Bourges aurait pu bâtir sa candidature sur sa renommée passée, comme plusieurs concurrentes l’ont fait. Elle fut capitale royale, possède un patrimoine historique conséquent avec une des plus belles cathédrales de France, un centre-ville avec 400 maisons à colombages, des marais remarquables. Elle accueille la plus ancienne maison de la culture, créée en 1963 et inaugurée par André Malraux. Elle est connue grâce à son festival de dimension nationale, le Printemps de Bourges, qui attire chaque année 200 000 personnes dont 50 000 festivaliers âgés, pour 91 % d’entre eux, de moins de 35 ans. Mais elle ne s’est pas contentée de ses atouts antérieurs, elle a bâti un projet culturel totalement inédit qui a pour objet de relancer la ville, de perdurer dans le temps et même de servir de modèle à d’autres villes moyennes.

...
L’inspiration politique réserve cet article à ses abonnés, mais serait ravie de vous compter parmi eux.
Rejoignez une aventure éditoriale
libre et inspirante
Dans ce dossier

Articles dossier, ENTRETIEN

Yann Galut : « J’ai dit au jury :si vous choisissez Bourges,ce sera une révolution »

La rédaction
Élisabeth PAN, Véronique GIRAUD
L’inspiration Politique N° 11

ça peut vous intéresser

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

melbourne podcast
La cité australienne cultive son âme littéraire jusque dans les transports en commun avec des podcasts écrits par des auteurs locaux...

Innovation

campagne contre violence
La communauté de communes d’Ambert Livradois Forez dans le Puy-de-Dôme développe depuis huit ans un réseau pluridisciplinaire pour venir en aide aux femmes victimes de violences. En parallèle, elle mène...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits