INNOVATION

Amsterdam taxe les échanges de maison

Confrontée à un tourisme de masse, la capitale des Pays-Bas a mis en place un permis d’échanger les logements visant les personnes inscrites sur la plateforme HomeExchange ou sur des sites similaires. En Écosse, Édimbourg lui a emboîté le pas
La rédaction
Lucie GOAR
Publié le 4 juillet 2024

De nombreuses villes en Europe cherchent à minimiser l’impact du tourisme de masse. La plateforme Airbnb est souvent prise pour cible. En effet, elle favorise l’afflux de touristes, entre en concurrence avec les professionnels de l’hôtellerie et contribue à la crise du logement en participant à la raréfaction de l’offre et à la montée de prix. La ville d’Amsterdam aux Pays-Bas ne se contente pas de viser Airbnb. Elle s’est attaquée à une autre plateforme qui fait moins de bruit, mais qui génère un nombre croissant de nuitées : HomeExchange, un des sites leaders de l’échange de maisons entre particuliers.

Cotée en bourse

Les modèles économiques des deux sites sont radicalement différents. Si avec Airbnb il s’agit de locations, HomeExchange n’implique aucune transaction financière si ce n’est une adhésion annuelle de 160 euros permettant d’accéder au service du site. Pour en bénéficier, il suffit de créer un compte, de décrire sa maison ou son appartement et d’indiquer les périodes de disponibilité pour bénéficier d’offres de destination en retour. Pas d’argent en jeu donc, mais chaque maison se voit affecter une valeur en points, les membres pouvant faire des échanges réciproques, ou non réciproques avec leurs points. Créée en 2011 sous le nom de GuestToGuest, ce qui n’était alors qu’une start-up dans le domaine de l’hébergement touristique est aujourd’hui cotée en bourse et connaît un essor rapide. Ses cofondateurs ont beau assurer qu’ils veillent à ne pas provoquer de sur-tourisme, la communauté ne compte pas moins de 160 000 utilisateurs dans 145 pays.

Permis d’échanger

La capitale hollandaise se méfie de l’ampleur que prend le système. Elle l’a classé dans la catégorie des locations touristiques sachant qu’environ 2 000 logements sont disponibles sur le site pour une ville qui compte 920 000 habitants. En 2023, 3 900 groupes ou familles sont venus visiter Amsterdam pour un total de 71 000 nuitées. Depuis le 1er mars, les personnes inscrivant leur logement sur la plateforme ont obligation de se déclarer en mairie. Elles doivent payer un permis à hauteur de 43 euros par an, signaler à la ville chaque fois qu’elles reçoivent des visiteurs (pas plus de quatre personnes sauf en cas de familles avec plus de deux enfants) et limiter à 30 jours dans l’année le prêt de leur habitation. La municipalité a aussi décidé d’interdire l’échange dès lors que le logement est une résidence secondaire. Elle a annoncé qu’à partir de 2025 elle procédera à des contrôles avec sanctions à l’appui pour les contrevenants.

En Écosse, Édimbourg a mis en place des mesures similaires face à une croissance exponentielle du tourisme. La ville prélève une licence annuelle tenant compte du nombre de couchages affichés sur la plateforme. Un mouvement qui pourrait faire tache d’huile.

ça peut vous intéresser

Innovation

Quand on n’a pas de pétrole… il reste les égouts et l’eau de mer pour fournir des calories au réseau de chaleur et réguler les températures des bâtiments publics. Exemples...

Innovation

Créée en 2008, l’association Orchestre à l’école développe la pratique instrumentale au primaire et au collège. Elle finance la moitié des dépenses nécessaires à l’achat des instruments et s’engage sur...

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

Innovation

La communauté urbaine organise en juin l’opération 1 mois sans ma voiture. Une cinquantaine de particuliers et familles se voient proposer un pack mobilités donnant accès à tous les modes...

Innovation

Plantée fin 2021, la forêt urbaine Miyawaki de l’Université de technologie de Troyes connaît une croissance rapide et voit éclore une grande diversité d’espèces végétales et animales. Elle devient un...

Innovation

Pour le politologue Benjamin Morel, c’est une forme de mépris du président de la République à l’égard des élus locaux et des corps intermédiaires qui caractérise la séquence politique qui...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits

Rechercher

Qui sommes-nous
Newsletter
Contact