© DR

« L’importance des élus de proximité » Dominique Dhumeaux

Dominique Dhumeaux est maire de Fercé-sur-Sarthe, une commune de 598 habitants, sapeur-pompier professionnel et vice-président de l'Association des Maires Ruraux de France. Il déplore le fait que l'État ne se soit pas assez reposé sur les élus locaux dans la gestion de la crise sanitaire. Entretien réalisé par Dominique Sicot.

Commencer

À l’occasion d’une table ronde organisée en mai 2020 par la Délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation vous aviez fait part des difficultés relationnelles des maires ruraux avec les agences régionales de santé (ARS). Les choses ont-elles évolué depuis ?

Dominique Dhumeaux  Je m’exprime au nom de l’Association des maires ruraux de France dont je suis vice-président. Sur ce sujet, mon point de vue n’a pas changé depuis un an. En juin 2020, alors que les choses semblaient s’apaiser, les services de l’État ont compris que les maires, et plus largement les conseils municipaux, étaient des collaborateurs importants pour elles dans la crise sanitaire que nous vivons. Les préfets l’ont rapidement intégré et nous ont mis sans la boucle. On a essayé de nous consulter. Mais très vite les services de l’État ont repris leurs mauvaises habitudes. Certes, il reste quelques réunions toutes les semaines, au niveau national ou départemental, avec les associations d’élus, pour faire le point sur les vaccinations, la circulation du virus… Mais la concertation n’est qu’un mot. Il n’y a pas de réelle collaboration. Les ministères de l’Intérieur et de la Santé n’ont pas intégré l’importance des maires pour que les gens se sentent mieux.

Voir tous les articles en totalité

Articles du même dossier :

Article Précédent

« Nous demandons la compétence santé sur nos territoires » Renaud Muselier

Article Suivant

Dans le secret des algorithmes