Articles dossier, ENTRETIEN

Contenu abonné

Gilles Leproust « En tant que maire, en banlieue, on a souvent l’impression d’être un Casque bleu… »

Pour le président de Ville & Banlieue, il faut retrouver des espaces d’expression pour faire du « vivre » et surtout du « faire ensemble ».
La rédaction
La rédaction
Publié le 27 septembre 2023
Gilles Leproust est maire (PCF) d’Allonnes (Sarthe) depuis 2008, conseiller départemental depuis 2011 et viceprésident de Le Mans Métropole en charge de la politique de la ville. Il est président de l’association Ville & Banlieue depuis juin 2022. Il est également vice-président de l’Association des maires de France (AMF) et membre du Conseil national des villes (CNV) depuis 2019.
— En tant que maire et président de l’association Ville & Banlieue, vous avez été très sollicité par la presse à l’occasion des émeutes de juin, chacun cherchant des explications à ce qu’il s’est passé. Quelle est votre analyse ? 

Gilles Leproust : Ce qu’il s’est passé à travers la mort de Nahel, avec les images terribles que nous avons tous vues, a été le déclencheur de braises qui couvaient. Et aujourd’hui, à cette rentrée, les braises sont toujours là. Nous avions écrit une lettre ouverte au président de la République en avril pour l’alerter. De par nos expériences de terrain, on sentait qu’il y avait de la colère, une colère liée à cette crise sociale forte. Beaucoup de femmes et d’hommes ne se sentent plus appartenir à notre République, y compris une partie des jeunes et des ados qui voient leurs parents galérer et ne se sentent pas respectés. Tout ça, c’est un cocktail détonnant. C’est très profond. Il y a aussi une partie de la population qui n’a pas participé aux émeutes mais qui avait une certaine sympathie avec leur colère — je n’ai pas dit avec leurs actes… Et puis ça a généré, ça génère encore, de la peur, mais qui s’exprime peu, en fin de compte. C’est une des difficultés, aujourd’hui : on a besoin de trouver des espaces d’expression pour que parlent celles et ceux qui ont subi directement et indirectement ces émeutes, mais aussi pour que parlent les personnes qui ont commis ces actes.

— Comment fait-on pour s’en sortir ? On a vu que tous n’étaient pas d’accord à gauche. Est-ce qu’à ce moment-là, il fallait appeler au calme ? 

G.L. : On était beaucoup sur le terrain. On a rencontré les gens qui étaient victimes de dégradations, on a fait passer des messages. Il y a eu des citoyens, y compris des jeunes, qui ont eu un rôle et des interventions très positives de ce point de vue là. Donc oui, on était dans cette démarche d’appel au calme, mais comme on le fait tout le temps. En tant que maire, en banlieue, on a souvent l’impression d’être un Casque bleu qui doit trouver, entre des positions diamétralement opposées, un peu de sérénité pour permettre le « vivre » et surtout le « faire ensemble ».

Carte de voeux 2020 de la ville d’Allones © Rémy LE GUILLERM
L’inspiration politique réserve cet article à ses abonnés, mais serait ravie de vous compter parmi eux.
Rejoignez une aventure éditoriale
libre et inspirante

ça peut vous intéresser

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

Innovation

nord recycle support communication
Le département du Nord fait produire des « goodies » à partir de ses anciens dispositifs physiques de communication institutionnelle par des établissements d’insertion depuis 2022....

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

L’Ehpad Georges-Dumont du centre hospitalier d’Abbeville s’est doté d’un véritable bistrot dans son hall d’accueil. Un petit rien qui apporte convivialité, moments de joie et de rigolade pour les résidents...

Innovation

berlin ville eponge
Pour lutter contre les catastrophes climatiques extrêmes, Berlin est devenue « ville éponge ». La capitale allemande a inscrit l’obligation de résorption des eaux de pluie à chaque nouvelle construction....

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits