Intelligence artificielle : quels usages pour les élus ?

L’arrivée de ChatGPT en novembre dernier a provoqué une onde de choc jusqu’au sein des administrations publiques. Risque démesuré ou incroyable opportunité ? Une nouvelle révolution numérique est enclenchée.

Commencer

Elle est devenue réalité. Il y a encore un an, dans l’esprit du plus grand nombre, l’intelligence artificielle (IA) relevait encore de la science-fiction. L’arrivée dans la sphère publique de ChatGPT, développé par la société OpenAI, en novembre dernier a eu l’effet d’une bombe. Pourtant déjà présente dans de nombreux domaines, elle est désormais à la portée de tous, y compris des élus et des administrations publiques. Le 8 mai dernier, le maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, prononçait un discours à l’occasion des cérémonies de commémoration de la capitulation nazie qui allait faire date et même défrayer la chronique. « Anciennement directeur de systèmes d’information pendant une trentaine d’années, et passionné par les nouvelles technologies, je suis de près l’évolution de l’IA, expliquet-il. J’avais le bras en écharpe au moment de la préparation de ce discours, il m’était donc difficile de le rédiger. J’ai pensé que ce serait l’occasion de mettre à l’épreuve cette technologie de façon très concrète. Je suis maire de Chartres depuis 2001, j’ai donc 22 discours du 8 mai à mon actif, j’étais curieux de voir ce que ChatGPT produirait. »

BLUFFANT, MAIS PAS ANODIN

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

Conflits d’intérêts pour les élus : tenir les influences à bonne distance

Article Suivant

Les réseaux sociaux, nouvelle place publique ?