JEUNES : CE QUI POURRAIT LES RAMENER AUX URNES

Commencer
Si la jeunesse du XXI ème siècle ne croit plus en la politique pour changer la vie, son engagement ne se dément pas, mais priorité est donnée aux actions locales, souvent en relation avec l’environnement. Sécession politique durable, ou passagère ? Nous avons interrogé les jeunes dans un grand reportage, au travers d’un sondage et nous sommes allés voir ce qui se passait ailleurs en Europe… Quelques pistes se dégagent pour réconcilier la jeunesse et la politique.

 

TOUS LES ARTICLES DU DOSSIER :

«Je ne vais pas user ma jeunesse, mon énergie, pour des idées de vieux»

REPORTAGE – Nous avons profité des vacances d’été pour aller à la rencontre des jeunes afin d’en savoir plus. Des grandes agglomérations au plus petit village de la vallée de l’Ubaye, nous avons sillonné la France pour mieux les comprendre. Diplômés ou pas, aisés ou non, les jeunes ont disparu des radars électoraux, mais leur engagement est ailleurs, sur le terrain associatif et local. En attendant, qu’est-ce qui leur ferait reprendre le chemin des isoloirs ? Texte de Guillaume CHÉREL – illustré par Virgile BELLAICHE Marseille (Bouches-du-Rhône), fin juillet 2021. Température : 31°C. Il est à peine midi ce jour-là lorsque

Read More »

Quand les valeurs s’enferment dans des bulles numériques

Les jeunes, nés alors qu’internet existait déjà, sont les plus « connectés » d’entre nous. Cet état de fait pourrait-il avoir un effet sur leur rapport à la vie politique, notamment sur leur comportement électoral, notoirement différent de celui de la population générale ? À l’évidence, les technologies numériques charpentent de plus en plus l’organisation de nos existences. Elles modifient notamment notre lecture de la réalité en faisant circuler dans les mêmes canaux de communication des éléments appartenant à des registres pourtant très différents : connaissances, croyances, informations, opinions, commentaires, fake news… Immanquablement, les statuts respectifs de ces divers éléments se contaminent (comment distinguer une

Read More »

« LE RISQUE EXISTE D’UNE ABSTENTION DE MASSE DES JEUNES À LA PRÉSIDENTIELLE » Frédéric Dabi

Si la présidentielle se déroulait dimanche, 58 % des jeunes choisiraient de s’abstenir. C’est ce que révèle notre sondage réalisé par l’IFOP sur les intentions de vote des 18-30 ans. À 6 mois du scrutin, cette perspective d’une jeunesse qui fait sécession est-elle inexorable ? Frédéric Dabi, directeur général de l’institut et auteur de « La Fracture », parue aux éditions Les Arènes en septembre, nous livre ses enseignements pour comprendre          « cette génération 2021 » en rupture avec celles qui l’ont précédée. — Selon le baromètre IFOP (octobre 2021), seulement 42 % des jeunes se

Read More »

COMMENT RÉAGIT LA JEUNESSE AILLEURS EN EUROPE ?

Par Benjamin MOREL et Antoine CARGOE Taux d’abstention record aux élections régionales avec moins de 13% de participation pour les 18-24 ans, effervescence de causes qui s’expriment sur les réseaux sociaux, paupérisation accélérée, chacun ressent que se joue actuellement quelque chose de spécifique et déroutant quant au rapport que la jeunesse entretient avec la politique. Le cas français semble paradigmatique, mais nos voisins européens ont aussi connu des flux et reflux de mobilisation de la jeunesse. Tour d’horizon d’une question qui peut s’avérer décisive à l’occasion de la prochaine élection présidentielle. Génération sacrifiée », « Génération Y », « Génération Zemmour », « Génération climat »,

Read More »
Article Précédent

Quand les valeurs s’enferment dans des bulles numériques

Article Suivant

Peut-on vraiment se passer du nucléaire ?