Une micro-ville innovante remplace une friche près de Reims

À Courcy, village de 1 200 habitants limitrophe de Reims (Marne), la base militaire 112 est désaffectée depuis 2011. En septembre 2021, l’État a cédé à l’euro symbolique les 60 hectares et la quarantaine de bâtiments, à la commune.

Cette dernière a en effet un projet bien précis, centré sur l’économie sociale et solidaire (ESS), comme l’explique l’actuelle maire, Martine Jolly, à nos confrères de la Gazette des communes : « Alors que la municipalité aurait pu gagner de l’argent en vendant les terrains à la découpe, nous voulions faire un projet qui crée de l’emploi au service des habitants. Avec […] Microville 112, une partie des bénéfices reste sur le territoire et les habitants participeront au choix des activités qui vont s’implanter. »

À terme, les organisateurs estiment que Microville 112 pourra atteindre « 1 500 personnes en journée, 300 habitants et 450 emplois sur site ». Pour définir et choisir les implantations, un comité citoyen et un comité d’experts ont évalué les candidatures des premiers porteurs de projet, selon leurs apports en emplois, pour le développement durable, pour la vie sociale et culturelle des habitants.

Initiée par la municipalité de Courcy et Alliance sens & économie (coopérative qui conseille et pilote des projets ESS), cette réhabilitation d’envergure est désormais gérée par la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Microville 112. Cette « entreprise à mission » regroupe des représentants des collectivités (mairie, Grand Reims, conseil régional), des acteurs économiques (CCI, CMA) mais aussi l’université ou encore des associations.

Après plusieurs années de préparation, les premiers travaux de rénovation « pourraient commencer dans les semaines qui viennent et les premières installations pourraient intervenir d’ici deux à trois mois » assure Jérôme Cordelier, le directeur général de la SCIC, à nos confrères de France Bleu.

Article Précédent

Mobilité : aux USA, la ville rurale de Huron prête des voitures électriques

Article Suivant

« Normandie Cyber » : un centre d’urgence régional contre les piratages