Ce collège du Doubs illustre les cours sur le développement durable

Le futur collège de Bethoncourt (5 600 habitants, Doubs) est en cours de construction avec quasi-exclusivement des ressources locales et produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme. Le défi est ambitieux mais le Département du Doubs, qui a budgété 27,5 millions d’euros, souhaite en faire un outil pédagogique pour les quelque 500 élèves qui y étudieront normalement dès 2023.

Outre les cours de physique-chimie et de SVT qui pourront trouver un écho avec les ressources du collège (économies d’énergie, cadran solaire, poulailler, verger et forêt sur site, etc.), l’architecture a été pensée pour favoriser au maximum l’autonomie des élèves. Cela se traduit par des salles modulaires à utiliser en autonomie, une cantine conçue pour les responsabiliser, ou encore un poulailler et une zone de maraîchage où les élèves seront associés, comme l’explique l’architecte Jean-Pierre Rambourdin dans Vu du Doubs.

Selon lui, le site est « au maximum de ce qui est possible en bilan carbone et en économie d’énergie, avec un bâtiment à énergie positive ». Pour y parvenir, ils ont notamment opté pour :

  • Des murs en briques de terre crue, créées à partir de la terre prélevée au moment de creuser les fondations, qui gardent la fraicheur en été.
  • Matériaux biosourcés (blocs de chanvre et de paille pour l’isolation, peintures recyclées, plafonds de fibres de bois compressé, bardages bois, etc.) choisis selon les producteurs et agriculteurs locaux.
  • Chaufferie bois granulés, production solaire, photovoltaïque et éolienne.
  • Voiries extérieures perméables.
  • Aménagement extérieur favorisant la biodiversité (forêt native, nichoirs, ruche, etc.)

Département du Doubs, présidente : Christine Bouquin (DVD).

Article Précédent

Parrainage : la fausse bonne idée du référendum local

Article Suivant

Un téléphérique envisagé entre Lille et le Pas-de-Calais