Quand la ville puise la chaleur à la source

La connaissance des sous-sols est aussi un vecteur d’optimisation des ressources. L’exemple de Bordeaux en témoigne.

Quand une ville a la chance d’avoir des nappes d’eau chaude sous ses pieds, ce serait dommage de ne pas en profiter ! C’est le pari fait par la commune de Bordeaux depuis les années 1980, époque du forage de son premier puits, en plein centre-ville. Depuis, la centrale géothermique de Mériadeck chauffe l’Hôtel de Bordeaux Métropole, le Musée des Beaux-Arts ou encore la piscine Judaïque. Plus récemment, un grand forage a été lancé pour alimenter toute la rive droite de la Garonne et cinq projets de réseaux de chaleur, à dominante géothermique, sont dans les tuyaux. Ils devraient être mis en service à partir de 2024.

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

Quand la ville tremble, l’image du béton se fissure

Article Suivant

Quand la ville s’enfonce sous son poids