Quand la ville construit sur de bonnes bases

Préventives ou curatives, les précautions prises par les constructeurs se renforcent depuis plusieurs années, à mesure que la réglementation se précise et se durcit.

Des constructions de plus en plus sûres. C’est en tout cas ce que visent la loi et les obligations des maîtres d’ouvrage et des constructeurs qui convergent vers une plus grande sécurisation des constructions, à la demande notamment des assureurs. En matière de prévention des risques liés à la nature des sous-sols, le rôle des bureaux d’études de sols est central. Encadrées par la charte de l’Union syndicale de la géotechnique (USG), leurs missions sont de mieux en mieux balisées : elles définissent différents niveaux d’exigence en fonction du type de projet (particulier, institutionnel, établissement recevant du public…) et établissent le rôle et les responsabilités des uns et des autres à chaque étape, de la conception à l’exécution. Pour ce qui est des études préalables, le travail des géotechniciens s’appuie non seulement sur les données nationales du BRGM, mais aussi sur des essais et forages in situ, qui permettent d’identifier les caractéristiques mécaniques et hydrogéologique des sols.

MINIMISER LES RISQUES DE TASSEMENT

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

France services, le dernier recours

Article Suivant

Quand la ville tremble, l’image du béton se fissure