Comment Luzy a inversé sa courbe démographique

En déclin depuis quarante ans, la commune nivernaise, autoproclamée Village du futur, a vu sa démographie repartir à la hausse. Le fruit d’un vaste plan de rénovation du bourg et d’accueil de nouveaux habitants.

Commencer

Lors du recensement de 2020, on dénombrait 1 994 habitants à Luzy (Nièvre). Ils sont 2 026 en 2023 selon les projections de ville-data.com, le centre de données du gouvernement. Si ce chiffre reste éloigné des 2 800 Luzycois qui peuplaient le village au tournant des années 1980, le déclin démographique a été enrayé. La hausse, même modeste, est due au solde migratoire redevenu positif dans ce village qui compte une population vieillissante, avec près d’un quart de plus de 70 ans. Pour la seule année 2022, 190 nouveaux habitants sont venus s’installer alors que 100 personnes ont quitté le village.
L’histoire du renouveau commence en 2014 avec l’élection de Jocelyne Guérin, réélue en 2020. Dès son arrivée, l’édile a proclamé Luzy Village du futur. En Bourgogne-Franche- Comté, la formule a fait florès puisque la région a lancé en 2021 un programme du même nom pour accompagner le développement de neuf communes rurales.

VASTE RÉNOVATION DU CENTRE-BOURG

Pour faire face au déclin de sa commune, la maire a lancé une vaste opération de rénovation de son centre-bourg. Elle a mis en place un programme global avec la réhabilitation d’une quarantaine de logements, le traitement des façades des commerces, l’aménagement d’un centre socioculturel ainsi que d’un pôle communication et la réfection de l’école. La commune a également aménagé un tiers-lieu dédié au numérique dans un ancien moulin abandonné. Ce nouveau lieu propose notamment aux habitants des actions de sensibilisation et de formation, du matériel mis à disposition, un espace de télétravail… La commune s’est aussi attachée à faire sa promotion hors de son territoire et à développer des actions pour inciter à la découverte de Luzy. Elle invite de potentiels futurs habitants pour un week-end avec nuit à l’hôtel et dîner au restaurant offerts, visite du village et rencontre avec les associations. Enfin, les nouveaux arrivants se voient proposer une aide aux travaux pour faciliter leur installation.

Lucie GOAR
Article Précédent

À Vénissieux, le non-recours ne passe plus

Article Suivant

Lure redonne des couleurs à la démocratie locale