Articles dossier, ENTRETIEN

Contenu abonné

Carol Delga « La France a besoin d’ordre, de justice sociale et d’humanité… »

La présidente de la région Occitanie nous livre, sans détour, son analyse de la situation en France et les défis à relever.
La rédaction
La rédaction
Publié le 21 septembre 2023
— Ce numéro de notre revue fait son ouverture sur la question des transports publics avant les rencontres nationales qui auront lieu à Clermont-Ferrand le 18 octobre prochain. C’est un thème qui vous est cher et sur lequel vous avez été très active. Au niveau national, quelles sont les transformations que vous préconiseriez ? 

Carole Delga : La mobilité est essentielle à mes yeux parce que lorsqu’on parle de mobilité, on parle d’abord de liberté, mais aussi de justice sociale et territoriale. Le constat est là : nous ne pouvons plus continuer sur le modèle de la voiture individuelle partout, tout le temps. Nous devons protéger notre nature et notre environnement. Mais — et c’est le coeur de mon engagement politique — je ne peux me résigner à l’assignation territoriale de mes concitoyens. Donc plutôt que de culpabiliser les Français sur l’usage de la voiture, je veux proposer une alternative fiable et accessible.
Pour cela, la recette est simple, mais elle demande du volontarisme : il faut plus de transports en commun, des transports à l’heure, et moins chers. Pour le train, comme pour les cars, bus, trams et métros, cela nécessite un investissement massif, notamment de la part de l’État, pour rénover les infrastructures, gage de ponctualité, et acquérir le matériel roulant qui permettra d’accueillir plus de voyageurs. Enfin, il faut tendre vers la gratuité des transports en commun. Je le fais sur le train en Occitanie, avec 13 millions de trajets à 1 € par an, ainsi que la gratuité pour les moins de 26 ans.
Mais nous ne pouvons pas y arriver seuls. Nous avons besoin d’un engagement clair de l’État. Pour l’instant, nous n’avons que des annonces sur le ticket à 49 € ou sur les 100 milliards d’euros d’investissement. Nous attendons maintenant des actes.

— Pour autant, dans de nombreuses localités, la voiture restera indispensable pour se déplacer… 

C.D. : Oui, là où les transports en commun ne peuvent pas passer, il faut aider les habitants à accéder à des véhicules propres : voitures, covoiturage, transport à la demande qui fonctionne très bien en zone rurale, pédibus pour les enfants… Pour l’automobile, nous faisons face à une révolution industrielle. Sur le plan technologique, il faut baisser le coût des batteries et augmenter leur autonomie. C’est un vrai défi mondial que la France est capable de relever grâce à des savoir-faire reconnus de nos constructeurs et de nos sous-traitants. Il faut retrouver des emplois industriels pour répondre à l’urgence climatique ; c’est un gage de souveraineté et de prospérité pour notre pays.

L’inspiration politique réserve cet article à ses abonnés, mais serait ravie de vous compter parmi eux.
Rejoignez une aventure éditoriale
libre et inspirante

ça peut vous intéresser

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

Innovation

nord recycle support communication
Le département du Nord fait produire des « goodies » à partir de ses anciens dispositifs physiques de communication institutionnelle par des établissements d’insertion depuis 2022....

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

L’Ehpad Georges-Dumont du centre hospitalier d’Abbeville s’est doté d’un véritable bistrot dans son hall d’accueil. Un petit rien qui apporte convivialité, moments de joie et de rigolade pour les résidents...

Innovation

berlin ville eponge
Pour lutter contre les catastrophes climatiques extrêmes, Berlin est devenue « ville éponge ». La capitale allemande a inscrit l’obligation de résorption des eaux de pluie à chaque nouvelle construction....

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits