Articles dossier

Ça se passe à Tarnos : une réussite pas si insolente

L’économie sociale et solidaire prospère sur la commune des Landes.
La rédaction
La rédaction
Publié le 6 avril 2023

S’il fallait un parangon de l’économie sociale et solidaire, c’est à l’extrémité sud des Landes qu’il se trouve. À Tarnos, tout est parti en 1965 de la fermeture des Forges de l’Adour qui a renvoyé 1 200 ouvriers dans leurs foyers. Si la moitié d’entre eux a retrouvé du travail chez Turboméca, devenu Safran, le choc a été rude. Il a provoqué une réflexion d’autant plus nécessaire que, dans les années 1980, ce sont les usines d’engrais qui ont mis la clé sous la porte. Jean-André Maye, ancien syndicaliste et maire de l’époque, a impliqué la municipalité dans la création d’un foyer de jeunes travailleurs et d’un comité local de l’emploi. Une structure que Pierrette Fontenas, qui lui a succédé, a élargie aux huit communes du Seignanx avec la création du Comité de Bassin de l’Emploi (CBE), qui regroupe des élus, des chefs d’entreprise, des syndicats et des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

5 000 repas par jour

Un héritage que Jean-Marc Lespade, élu maire en 2004, a fait prospérer. À commencer par Éole, une entreprise de restauration collective, née sous la forme d’une SCIC en 2006. Sa cinquantaine de salariés — dont quatorze en insertion professionnelle — livre 5 000 repas par jour, tant à la centaine de salariés de Safran qui fréquentent son restaurant que par portage à domicile ou aux écoles. Y compris celles de la ville voisine de Bayonne, dont Éole a emporté l’appel d’offres face aux entreprises privées. « Nous avons donné la preuve que nous pouvions concurrencer le secteur marchand », se réjouit Jean-Marc Lespade.
La réussite d’Éole — qui a suscité des répliques dans d’autres villes de France — n’est pas isolée : d’autres SCIC ont été lancées avec succès dans la foulée. Parmi elles, le centre PERF, qui forme un millier de personnes par an au commerce, à l’écohabitat ou à la fibre optique. S’y ajoute l’espace technologique Jean Bertin, soit une centaine d’hectares dédiés aux entreprises de l’aéronautique et environnementales et à leurs salariés, sous couvert de la SCIC qu’est le CBE du Seignanx.

Au décompte, l’économie sociale et solidaire telle qu’elle s’est développée autour de Tarnos affiche 23 structures, plus de 400 salariés, associe 400 entreprises et dégage 35 millions d’euros de valeur. Ce qui amène Jean- Marc Lestrade, maire d’une ville indéfectiblement communiste depuis 1920, à s’interroger en souriant sur la croyance persistante que de telles organisations ne peuvent trouver leur place dans une société capitaliste.

ça peut vous intéresser

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

melbourne podcast
La cité australienne cultive son âme littéraire jusque dans les transports en commun avec des podcasts écrits par des auteurs locaux...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits