Articles dossier

Un mal économique en circuit court

La rédaction
La rédaction
Publié le 14 février 2023

Confrontées à la flambée des prix de l’énergie, de nombreuses entreprises, dont les activités sont très énergivores, ont décidé de fermer temporairement certains sites ou de les faire tourner au ralenti. Aciéries, producteurs d’aluminium, producteurs d’engrais, verreries, agroalimentaire, distribution, logistique… les secteurs touchés sont multiples. Ainsi la verrerie Duralex, à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), a annoncé en novembre qu’elle suspendait son activité jusqu’au mois d’avril — seul moyen, selon les dirigeants, d’économiser 50 % de la facture d’énergie passée de 3 à 13 millions d’euros, et ce malgré une aide de l’État de
800 000 euros et un prêt exceptionnel de 15 millions d’euros. Le coup est dur pour les 250 salariés, au chômage partiel et inquiets pour l’avenir, mais aussi pour la commune de 10 000 habitants, dont les élus se mobilisent depuis des années pour maintenir cette verrerie, créée en 1945, qui fait partie du patrimoine local.

Autre exemple, le groupe Cofigeo (William Saurin, Garbit, Zapetti, Raynal et Roquelaure…) qui, face à la multiplication par dix de ses factures d’énergie (de 4 à 40 millions d’euros), a décidé d’arrêter pour le mois de janvier quatre de ses usines, représentant 80 % de sa production en France et comptant 800 salariés sur 1 200. Soit celles de Capdenac (Aveyron), de Pouilly-sur-Serre (Aisne), de Camaretsur-Aigues (Vaucluse) et de Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne). Ces fermetures partielles ou temporaires d’entreprises ont forcément un impact négatif sur leurs fournisseurs. Par les baisses de revenus très malvenues en période de forte inflation qu’elles entraînent pour les salariés concernés, elles pèsent aussi sur l’activité des commerces et des artisans des territoires touchés, eux-mêmes fragilisés par la hausse de leurs propres factures d’énergie, multipliées par quatre, voire par dix. Des hausses vertigineuses que les mécanismes mis en place par l’État — bouclier ou amortisseur — sont très loin de compenser, ce d’autant plus qu’elles s’ajoutent souvent à des hausses conséquentes des prix des
matières premières.

La clé sous la porte

Restaurateurs, bouchers, boulangers… nombreux sont ceux qui ne voient pas d’autre solution que de mettre la clé sous la porte. Or pour beaucoup de petits bourgs, de villages, un commerce qui ferme, c’est la vie qui s’en va. En décembre dernier, habitants et élus d’Anzême (575 habitants), dans la Creuse, se sont mobilisés (250 signatures sur une pétition) pour défendre leur boulangerie ouverte depuis dix ans — la seule dans un rayon de 15 kilomètres. « C’est le seul commerce d’Anzême. S’il ferme, qu’est-ce qui va nous rester ? », s’inquiétait un élu municipal, Cyrille Bertrand, auprès de France Bleu Creuse (5 décembre 2022). Quelle sera pour ces artisans et TPE l’efficacité des aides mises en place, des mesures prises dans certaines régions(1) au tarif garanti d’électricité à 280 euros le mégawattheure pour 2023 décrété par le gouvernement ? Beaucoup de professionnels restent sceptiques.

1. La Région Auvergne–Rhône-Alpes a débloqué un fonds d’aide d’urgence de 6 millions d’euros pour les boulangers, qui pourra être abondé par les collectivités locales pour atteindre 15 millions d’euros. La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a créé un Chèque Urgence Énergie pour les TPE du territoire et débloqué une première enveloppe de 3 millions d’euros.

ça peut vous intéresser

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

melbourne podcast
La cité australienne cultive son âme littéraire jusque dans les transports en commun avec des podcasts écrits par des auteurs locaux...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits