Articles dossier

Aubusson-Felletin : Renouer les fils avec la jeunesse

La rédaction
La rédaction
Publié le 31 octobre 2022

Dès le XVe siècle, la province de La Marche, autour d’Aubusson et Felletin, était réputée pour son savoir-faire lié à la tapisserie de basse lisse*. « C’est un savoir-faire unique, et nous sommes très fiers d’être le seul site au monde où coexistent tous les métiers concourant à la réalisation d’une tapisserie », explique Valérie Bertin, présidente de la communauté de communes Creuse Grand Sud, et maire de Vallière. Des filateurs, teinturiers, lissiers, restaurateurs et cartonniers aux emplois administratifs, commerciaux et logistiques associés, cette microfilière représente une centaine d’emplois, ce qui n’est pas rien pour une Comcom de 12 000 habitants.

Surtout, ce savoir-faire est un levier pour l’attractivité du territoire. S’il est reconnu notamment par l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO ou par le label Villes et métiers d’art, le faire perdurer et rayonner est un combat en soi. L’ouverture en 2016 de la Cité internationale de la tapisserie, financée par un syndicat mixte associant la région Nouvelle-Aquitaine, le conseil départemental et la communauté de communes, est venue à point pour redynamiser l’ensemble de la filière. La Cité – dotée d’une triple mission : valoriser le patrimoine, favoriser la création contemporaine et accompagner les professionnels – avait accueilli, en juin dernier, 135 000 visiteurs depuis son ouverture. Un plus pour les restaurants, hébergements touristiques, et commerces.

« La tapisserie a su se renouveler », se réjouit Valérie Bertin « aujourd’hui, Aubusson tisse Tolkien et Hayao Miyazaki, ce qui permet d’avoir un public plus jeune. » Au-delà du tourisme, attirer les jeunes pour qu’ils restent est un défi pour un département vieillissant. La filière Art textile/ Art tissé est là aussi un atout. D’où les efforts conjoints de la chambre de commerce et d’industrie et des collectivités territoriales pour attirer stagiaires et porteurs de projets, via le centre de formation de l’association LAINAMAC, la pépinière 2Cube et le tout nouvel atelier d’artistes, la Villa Châteaufavier, dédié à l’accueil des créateurs.

*La chaîne du métier est horizontale, alors qu’elle est verticale pour la haute lisse. Et le lissier tisse sur l’envers de la future toile.

ça peut vous intéresser

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

Innovation

nord recycle support communication
Le département du Nord fait produire des « goodies » à partir de ses anciens dispositifs physiques de communication institutionnelle par des établissements d’insertion depuis 2022....

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

L’Ehpad Georges-Dumont du centre hospitalier d’Abbeville s’est doté d’un véritable bistrot dans son hall d’accueil. Un petit rien qui apporte convivialité, moments de joie et de rigolade pour les résidents...

Innovation

berlin ville eponge
Pour lutter contre les catastrophes climatiques extrêmes, Berlin est devenue « ville éponge ». La capitale allemande a inscrit l’obligation de résorption des eaux de pluie à chaque nouvelle construction....

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits