Les villes veulent réinventer les lieux de vie des seniors

Depuis 20 ans, des solutions alternatives à l’Ehpad se développent. Le rapport Broussy remis au gouvernement fait l’état des lieux et propose des adaptations des communes. En Normandie, un appel à idées a été lancé.

« Je ne quitterai ma maison que pour l’Ehpad », dit, résigné, Simon, un octogénaire vivant seul à Trélazé. L’expression est devenue si commune que les humoristes s’en sont saisies. Vieux de 45 ans, les établissements pour personnes âgées dépendantes apparaissent malgré eux comme des repoussoirs. Il est vrai que 30 % de ces établissements nécessitent une rénovation coûteuse. Et qu’il existe des alternatives qui se font jour depuis 20 ans, même si le maintien à domicile reste une priorité.

Béguinages, colocations seniors ou intergénérationnelles, habitats intergénérationnels, MARPA (maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie), les solutions de logement seniors se développent, autant pour faire face à l’explosion démographique annoncée des plus de 70 ans que pour répondre aux nouveaux besoins d’une population dont la forme et l’espérance de vie ne cessent de croître.

Alors que les demandes d’information auprès des CCAS sont nombreuses, les communes n’ont pas toujours toutes les clés pour proposer les modes d’habiter les mieux adaptés. Tout n’est pas l’affaire des promoteurs, la ville se doit d’offrir des logements aux surfaces adaptées, bien isolés, équipés de manière à limiter le risque des chutes, souvent mortelles, et situés dans des quartiers de vie, desservis par des magasins et des services, en particulier médicaux, pour rompre avec l’isolement. Une réflexion en profondeur et pluridisciplinaire s’impose donc, et quelques nouvelles initiatives vont dans ce sens.

« Silver habitat »

Ainsi en Normandie, où les centres de nombreuses villes ont été délaissés faute d’habitations répondant aux besoins des seniors et laissant de nombreux logements vides, un appel à idées, baptisé « Silver habitat », a été lancé à l’échelle régionale. Il a conduit au partenariat entre les CAUE normands et la Carsat. Avec pour enjeu de lier « habitat » et « seniors », et pour postulat la possibilité de ramener les seniors dans les centres bourgs pour stimuler le commerce et la vie locale, la réflexion a débouché sur le rapport « Réinventer les lieux de vie des seniors de demain ». L’ouvrage, qui recense des solutions et 36 projets, est à la disposition des élus sur le site de la Carsat Normandie.

Avec une population vieillissante de plus en plus importante, les communes doivent être épaulées pour répertorier leurs manques et leurs atouts en matière de qualité de vie des personnes âgées, qu’il s’agisse d’habitat, de loisirs, de services, d’activités. Le rapport « Vieillir ensemble » que Luc Broussy, maire lui-même, a remis en mai 2021 aux ministres Brigitte Bourguignon, Jacqueline Gourault et Emmanuelle Wargon, a été conçu en ce sens. Pour le mener à bien, l’auteur a travaillé en lien étroit avec les ministres de l’Autonomie, de la Cohésion des territoires, et du Logement. Avec pour but d’accélérer l’adaptation des logements, le rapport préconise de « simplifier et massifier les aides » en créant MaPrimeAdapt’ — sur le modèle de MaPrimRénov’ : dossier unique de demande d’aide, conditions d’accès simplifiées et ouvertes dès 70 ans (sans condition de GIR).

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

Comment vieillit-on ailleurs dans le monde ?

Article Suivant

40 % des seniors hospitalisés le sont pour dénutrition