Articles dossier

Contenu abonné

Les chemins escarpés de la mobilité hydrogène

La rédaction
La rédaction
Publié le 14 février 2022

Parmi les milliers de taxis circulant dans Paris, une centaine a l’avantage de n’ajouter aucun polluant dans l’air de la capitale. Les voitures de la compagnie Hype roulent à l’hydrogène, ne laissant dans leur sillage que de la vapeur d’eau.

Un chauffeur de taxi de la compagnie Hype au volant d’un Hyundai Nexo qui roule à l’hydrogène à Paris, en février 2021.

L’image de ces voitures électriques que l’on peut recharger en moins de cinq minutes est belle, mais trompeuse !

Bien que la technologie soit maîtrisée et sans cesse améliorée par quelques constructeurs en pointe (Toyota, Hyundai, etc.), la perspective de voir une voiture à hydrogène dans le garage de monsieur Tout-le-Monde n’est pas pour demain.

Pierre-Franck Chevet.

L’industrie automobile a parié massivement ces dernières années sur les véhicules électriques équipés de batteries.

« Dans ce contexte, le véhicule électrique équipé d’une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène trouvera plus difficilement sa place », estime Pierre-Franck Chevet, le président d’IFP Énergies nouvelles (Ifpen).

Pas de stations de recharge pour particuliers

De toute façon, il serait impossible de produire suffisamment d’hydrogène vert dans l’immédiat, sans parler d’un réseau et d’infrastructures de recharge encore inexistants.

On comptait moins de soixante stations hydrogène dans toute la France en 2021. Comment espérer une multiplication, à court ou moyen terme, dans la mesure où le réseau des stations de recharge pour l’électrique à batteries, pourtant prioritaire, tarde à remplir les objectifs ? Il y avait à peine plus de 50 000 bornes installées fin 2021, alors que le ministère de la Transition écologique en attendait le double.

Jean-Marc Jancovici, ingénieur et notamment créateur du « bilan carbone ».

Volontiers provocateur, Jean-Marc Jancovici, spécialiste de la décarbonation de l’économie, affirmait à L’Express en octobre 2020 : « Dans le domaine des transports, mes enfants seront morts que nous n’aurons toujours pas l’aptitude à remplacer par de l’hydrogène propre une fraction significative des 3 milliards de tonnes de carburants consommés annuellement dans le monde. »

L’hydrogène ne peut convenir que marginalement à des flottes d’entreprises développées autour de quelques points de recharge comme c’est le cas des taxis parisiens Hype. Ils disposent pour l’instant de trois stations, dont une à Orly et une à Roissy–Charles-de-Gaulle, mais leur PDG, Mathieu Gardies, mise sur l’effet JO pour agrandir la vitrine de l’hydrogène dans la capitale (24 stations espérées pour ses 600 véhicules en 2024 ).

Imaginable pour les poids lourds

En revanche, pour la mobilité lourde (camions et autocars), l’hydrogène vert et la pile à combustible sont plus adaptés que les batteries en termes d’autonomie, de puissance et de temps de recharge.

EGALEMENT DANS CE DOSSIER

ça peut vous intéresser

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

melbourne podcast
La cité australienne cultive son âme littéraire jusque dans les transports en commun avec des podcasts écrits par des auteurs locaux...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits