Réseaux de chaleur: la métropole nantaise monte en puissance

Commencer

Les réseaux de chaleur se développent sur l’ensemble de Nantes Métropole avec l’expertise et la gestion d’entreprises spécialisées, sous délégation de service publique. Le territoire a ainsi réussi à multiplier par trois la taille de son réseau en 9 ans, tout en maîtrisant ses coûts.

La sixième métropole française – et troisième métropole industrielle – doit révéler prochainement la nouvelle entreprise sélectionnée pour développer et exploiter un réseau de chaleur urbain, dans le quartier Bellevue Chantenay, le long de la rive nord de la Loire.

Ce sera la sixième délégation de service public (DSP) choisie par la Métropole – Erena, filiale d’Engie, étant la plus importante – pour gérer et poursuivre la montée en puissance de son réseau de chaleur, sans faire exploser les coûts face à des investissements souvent lourds. Durée de la DSP : 20 ans, pour permettre une stratégie viable à long terme. « Chacune d’entre elles doit trouver leur équilibre financier », commente Tristan Riom, élu en charge de l’énergie et du climat pour la Métropole. Et pour éviter tout dérapage des prix, la collectivité organise une fois par an, dans chaque périmètre, des réunions entre les usagers et les exploitants pour faire le point sur l’évolution du réseau et les prix en cours et à venir.

 

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

La transition énergétique peut et doit passer par les territoires ruraux

Article Suivant

Vienne, la féministe