De gauche à droite : Philippe Tisserand, Jessica Venediger-Comiti et Eric Pringels de l’agence Sprint Doctors. © Marius Rivière

Design des politiques publiques contre la crise démocratique

Portés par les valeurs du design consistant à replacer l’usager au cœur de la conception, des designers se sont mis en tête d’appliquer ces principes à l’action publique, persuadés que la politique doit se faire avant tout avec ceux à qui elle est destinée. Simple trompe-l’œil ou véritable outil pour réenchanter les services publics ? Par Marius Rivière

Que vient faire le design dans le champ du politique ? Imagine-t-on Philippe Starck en immersion dans une collectivité locale  ? Au-delà de la création stylisée de mobilier, le design est avant tout une démarche consistant à imaginer un objet (un canapé, un téléphone portable ou une télécommande) en se focalisant sur l’usage qui en sera fait. L’utilisation est observée et la conception adaptée en testant des prototypes jusqu’à l’obtention d’un produit final convaincant. Pensez à une certaine marque à la pomme qui lance un smartphone tactile doté d’un seul bouton ou à un célèbre fabricant d’électroménager qui crée un aspirateur sans sac. C’est ce que l’on appelle le design thinking (démarche design ou conception créative). Devant l’efficacité de la méthode utilisée dans le monde de l’entreprise, certains se sont demandé si ces principes pouvaient s’appliquer avec le même succès à l’action publique. On parle alors de « design des politiques publiques » ou de « design d’organisation ».

Voir tous les articles en totalité

Article Précédent

Une mutuelle communale pour permettre à tous de se soigner

Article Suivant

Des jurys citoyens pour produire de l’intelligence collective