Metro-ligne-A-Didier-Gouray---Rennes-Ville-et-Metropole
Intermodalité. Phot © Didier Gouray / Rennes Ville et Métropole
/

Le Bureau des temps aide les Villes à trouver le bon rythme pour tous

Imaginées en Italie il y a une trentaine d’années, les politiques temporelles de la Ville identifient les problèmes liés à l’articulation des temps sociaux et apportent des réponses contribuant à une meilleure qualité de vie pour les habitants. Tour d’horizons des initiatives menées en France. Par Jean-Jacques Bozonnet.

Foule, impossibilité à monter dans une rame, attente, ultraproximité… L’heure de pointe dans les transports en commun est un problème bien connu des grandes zones urbaines. Il y a quelques années, Rennes en faisait les frais sur sa ligne de métro, le matin. Jusqu’à ce que la Ville ait une idée lumineuse : négocier avec l’université le décalage de l’heure d’arrivée des étudiants. Une réussite : la ligne de métro s’en est trouvée décongestionnée. L’opération date de 2012, mais elle trouve un nouvel écho en pleine pandémie de Covid-19.

Derrière cette opération, le Bureau des temps rennais. Sa mission : prendre en compte la question temporelle dans l’élaboration de la politique de la Ville afin d’améliorer le quotidien des habitants. À partir de données recueillies via des enquêtes de terrain, le Bureau peut par exemple travailler de manière transversale avec les services concernés sur les horaires des agents, ceux d’ouverture des services publics, sur les flux dans les transports ou encore sur la poly-fonctionnalité des bâtiments publics selon les horaires de la journée.

Voir tous les articles en totalité

Articles du même dossier :

À Rosnoën, la victoire des cantines rebelles

La petite commune du Finistère a été labellisée par Ecocert avec 3 carottes et a reçu une Victoire des cantines rebelles pour la qualité de sa restauration scolaire. C’est le résultat d’une démarche impliquant élus, personnel municipal et agriculteurs locaux.

Lire davantage
Article Précédent

Des micro-forêts pour réenchanter les zones urbaines

Article Suivant

« Nous vivons une crise de la patience » Étienne Klein