Articles dossier, INNOVATION

Le Bureau des temps aide les Villes à trouver le bon rythme pour tous

Les politiques temporelles font leur retour dans l'organisation de la vie urbaine.
La rédaction
La rédaction
Publié le 28 janvier 2021

Foule, impossibilité à monter dans une rame, attente, ultraproximité… L’heure de pointe dans les transports en commun est un problème bien connu des grandes zones urbaines. Il y a quelques années, Rennes en faisait les frais sur sa ligne de métro, le matin. Jusqu’à ce que la Ville ait une idée lumineuse : négocier avec l’université le décalage de l’heure d’arrivée des étudiants. Une réussite : la ligne de métro s’en est trouvée décongestionnée. L’opération date de 2012, mais elle trouve un nouvel écho en pleine pandémie de Covid-19.

Derrière cette opération, le Bureau des temps rennais. Sa mission : prendre en compte la question temporelle dans l’élaboration de la politique de la Ville afin d’améliorer le quotidien des habitants. À partir de données recueillies via des enquêtes de terrain, le Bureau peut par exemple travailler de manière transversale avec les services concernés sur les horaires des agents, ceux d’ouverture des services publics, sur les flux dans les transports ou encore sur la poly-fonctionnalité des bâtiments publics selon les horaires de la journée.

L’inspiration politique réserve cet article à ses abonnés, mais serait ravie de vous compter parmi eux.
Rejoignez une aventure éditoriale
libre et inspirante

Articles du même dossier :

570x841 -confits - paysage

La coopération décentralisée sous le feu des conflits armés

Les jumelages relèvent d’une histoire ancienne. Ils ont fait florès dans les années 1950 pour sceller l’amitié retrouvée entre cités allemandes et françaises. Encore ne s’agissait-il dans la plupart des cas que de l’expression d’un joyeux folklore fondé sur des vins d’honneur, soutenus au mieux par des échanges culturels. Ils ont pris une tout autre dimension avec la « coopération décentralisée » qui a fait son apparition au détour d’une circulaire de 1985, signée par Laurent Fabius, Premier ministre de l’époque.

Sept ans plus tard, une loi sur l’administration a apporté un peu de contenu à ce concept technocratique. Le texte législatif définit : « l’ensemble des actions de coopération internationales menées par convention dans un but d’intérêt commun par une ou plusieurs collectivités. » Un premier pas dans une longue marche qui prendra vingt-cinq ans pour consacrer une réglementation dont quelques villes se sont déjà affranchies.

Le deuxième, timide encore, est franchi en 2005 avec la loi Oudin-Santini qui permet aux agences de l’eau et aux collectivités d’allouer 1 % de leurs ressources générées par l’eau à des programmes de coopération en matière d’assainissement et d’approvisionnement.

Aide au développement et humanitaire

Cette histoire singulière n’est qu’un exemple, parmi tant d’autres, des actions philanthropiques qu’aiment mener aujourd’hui les multinationales et les milliardaires. En l’occurrence, pourquoi ne...

Lire davantage

Dès sa création, vers 1850, le train de nuit suscite l’engouement. Les grandes compagnies financières, voyant le marché juteux, s’impliquent fortement dans la construction des réseaux et, en 1875, on compte 20 000 km de lignes exploitées. Ce chiffre grandira jusqu’à atteindre 42 500 km de voies vers 1970 et les 550 gares desservies en 1980. Mais l’arrivée du TGV modifie profondément les comportements vis-à-vis du train. Un mouvement d’érosion s’ensuit, amplifié par la concurrence de l'avion puis des bus. En 2018, le nombre de kilomètres de voies est tombé à 29...

Lire davantage
570x841 - philantrocapitalisme - paysage

Le philanthrocapitalisme, pour le meilleur des mondes ?

Vingt millions de dollars pour la Seine-Saint-Denis. C’est le montant du programme Advancing cities que la banque américaine J.P. Morgan a annoncé allouer via sa fondation en novembre 2023. Versés sur cinq ans, ces 18,4 millions d’euros doivent aider les habitants de Seine-Saint-Denis à accéder à des opportunités économiques. Cette somme s’ajoute aux 30 millions de dollars déjà engagés en 2018 pour la Seine-Saint-Denis et, outre-Atlantique, au soutien affiché aux quartiers populaires de Détroit, Chicago ou Washington.

Œuvrer au meilleur des mondes

Versés à des associations ou des entreprises sociales, ces dollars doivent servir à favoriser les formations, l’insertion professionnelle et le développement de projets sélectionnés par la fondation. Parallèlement, J.P. Morgan a noué un partenariat avec la banque d’investissement publique Bpifrance via un fonds (50 millions de dollars apportés par J.P. Morgan, 10 millions par Bpifrance) ayant pour vocation de financer des fonds de capital-risque dirigés par des femmes ou « ayant un impact positif sur la société ». Grand admirateur d’Emmanuel Macron, le PDG de la banque américaine, Jamie Dimon, manifeste ainsi son engagement à aider la France.

Il ne s’agit plus seulement ici de mécénat culturel, d’ouvrir un établissement de soins ou d’enseignement, de financer la recherche, l’enseignement… mais d’œuvrer au meilleur des mondes, selon les conceptions des donateurs

Cette histoire singulière n’est qu’un exemple, parmi tant d’autres, des actions philanthropiques qu’aiment mener aujourd’hui les multinationales et les milliardaires. En l’occurrence, pourquoi ne...

Lire davantage

C’est avec la loi Thiollière de 2007 que les collectivités locales sont clairement autorisées « à mettre en œuvre ou soutenir toute action internationale annuelle ou pluriannuelle de coopération, d’aide au développement ou à caractère humanitaire. » Près de 4 000 collectivités locales,...

Lire davantage
570x841 -transport - paysage

Le train de nuit, retour vers le futur

Se hisser dans une couchette, allumer la liseuse et s’endormir bercé par le rythme régulier du wagon sur les rails… avant de se réveiller au petit matin au bout du quai de la gare d’Austerlitz. La France redécouvre les joies du transport nocturne. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 700 000 voyageurs en 2022 contre 350 000 voyageurs en 2019. Cette nouvelle attractivité est d’autant plus appréciable qu’elle intervient après une décennie de déclin. Entre 2015 et 2017, la mort du train de nuit semblait en effet actée par la direction de la SNCF. Son PDG, Guillaume Pépy, le décrivait comme « la nostalgie d'un passé révolu ».

EN 2018, LE NOMBRE DE KILOMÈTRES DE VOIES EST TOMBÉ À 29 000 KM AVEC UN DÉSINVESTISSEMENT CROISSANT DE L’ÉTAT, NOTAMMENT SUR LE RÉSEAU SECONDAIRE

La mobilisation d’usagers qui ne baissent pas les bras, le volontarisme politique de collectivités bien décidées à préserver ce train de proximité, le bénéfice environnemental de ce transport doux ont finalement conduit le Président Emmanuel Macron à le réhabiliter dès son premier mandat en 2018. La SNCF acquiesce. Le Paris-Nice a été relancé le premier en 2021, d’autres destinations ont suivi Toulouse, Nice, Briançon, Albi, Argelès-sur-Mer, Ax-les-Thermes, Cannes et Lourdes. Assiste-t-on à un nouvel âge d’or du train de nuit ?

AU SERVICE DES TERRITOIRES

Dès sa création, vers 1850, le train de nuit suscite l’engouement. Les grandes compagnies financières, voyant le marché juteux, s’impliquent fortement dans la construction des réseaux et, en 1875, on compte 20 000 km de lignes exploitées. Ce chiffre grandira jusqu’à atteindre 42 500 km de voies vers 1970 et les 550 gares desservies en 1980. Mais l’arrivée du TGV modifie profondément les comportements vis-à-vis du train. Un mouvement d’érosion s’ensuit, amplifié par la concurrence de l'avion puis des bus. En 2018, le nombre de kilomètres de voies est tombé à 29...

Lire davantage
570x841 - philantrocapitalisme - paysage

Le philanthrocapitalisme, pour le meilleur des mondes ?

Vingt millions de dollars pour la Seine-Saint-Denis. C’est le montant du programme Advancing cities que la banque américaine J.P. Morgan a annoncé allouer via sa fondation en novembre 2023. Versés sur cinq ans, ces 18,4 millions d’euros doivent aider les habitants de Seine-Saint-Denis à accéder à des opportunités économiques. Cette somme s’ajoute aux 30 millions de dollars déjà engagés en 2018 pour la Seine-Saint-Denis et, outre-Atlantique, au soutien affiché aux quartiers populaires de Détroit, Chicago ou Washington.

Œuvrer au meilleur des mondes

Versés à des associations ou des entreprises sociales, ces dollars doivent servir à favoriser les formations, l’insertion professionnelle et le développement de projets sélectionnés par la fondation. Parallèlement, J.P. Morgan a noué un partenariat avec la banque d’investissement publique Bpifrance via un fonds (50 millions de dollars apportés par J.P. Morgan, 10 millions par Bpifrance) ayant pour vocation de financer des fonds de capital-risque dirigés par des femmes ou « ayant un impact positif sur la société ». Grand admirateur d’Emmanuel Macron, le PDG de la banque américaine, Jamie Dimon, manifeste ainsi son engagement à aider la France.

Il ne s’agit plus seulement ici de mécénat culturel, d’ouvrir un établissement de soins ou d’enseignement, de financer la recherche, l’enseignement… mais d’œuvrer au meilleur des mondes, selon les conceptions des donateurs

Cette histoire singulière n’est qu’un exemple, parmi tant d’autres, des actions philanthropiques qu’aiment mener aujourd’hui les multinationales et les milliardaires. En l’occurrence, pourquoi ne...

Lire davantage

ça peut vous intéresser

Service

Streetco
Streetco
Première application GPS piétonne collaborative

débat

Frédéric DURAND, Pierre MAGNETO

Innovation

strasbourg ville reve
Les élus de la commune alsacienne ont voté à l’unanimité en septembre dernier un texte visant à développer les droits des enfants sur son territoire....

Innovation

bateau musee
Le projet d’un bateau-musée itinérant sillonnant la Méditerranée est l’œuvre de la Fondation Art Explora. Déjà en mer, il sera officiellement inauguré à Marseille en juin. Sa vocation : rapprocher...

Innovation

melbourne podcast
La cité australienne cultive son âme littéraire jusque dans les transports en commun avec des podcasts écrits par des auteurs locaux...

NE PERDEZ PAS L’INSPIRATION,

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de la société Innomédias. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre d’information.
En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits