Décharges sauvages : les bonnes pratiques du village de Dannemois

Le maire de Dannemois (Essone) a été cité auditionné au Sénat ce 13 janvier 2022 lors d’une table ronde sur les élus locaux face aux décharges sauvages. Malgré les faibles ressources de ce village de 900 habitants, le maire Fabien Kees a mis en place plusieurs mesures contre ce « fléau » qui touche particulièrement les communes boisées comme la sienne :

  • En achetant du matériel de transport « pour ramasser au plus vite les dépôts constatés, car le dépôt appelle le dépôt. Un investissement – 74.000 €– très onéreux pour une commune comme la nôtre. Heureusement, la Région Île-de-France nous a beaucoup aidés, avec une subvention de 60% du coût d’achat », relève-t-il (voir extrait vidéo ci-dessous).
  • Exemple d’un piège photographique.

    En mettant en place des « pièges photos » à des endroits stratégiques. Ils se déclenchent en cas de présence sur un site normalement non fréquenté. Une « signalétique dissuasive », estime le maire.

  • En organisant des formations pour les élus,
  • Avec des journées de ramassage « citoyennes » ou des opérations de ramassage des encombrants.

Fabien Kess souligne aussi l’impact « des procédures simplifiées mises en place avec la gendarmerie et le parquet » pour accélérer la procédure : « Désormais, l’auteur des faits est convoqué rapidement et condamné à une amende de 4e classe. Nous avons également pris un arrêté permettant de facturer la remise en état du lieu à hauteur de 1 500 €, ou au coût réel au-delà de ce montant. »

Dannemois, maire : Fabien Kess (sans étiquette).

Article Précédent

La Haute-Garonne veut expérimenter un revenu de base pour les 18-24 ans

Article Suivant

Parrainage : la fausse bonne idée du référendum local