Tramway de Bordeaux - © CC0 - Dom
Tramway de Bordeaux - © CC0 - Dom

Bordeaux Métropole : 5 axes et 19 actions pour « repenser les mobilités » en 2030, au vote le 23/09/21

 

• Décongestionner le territoire de la métropole bordelaise (suppression de 10 % de la circulation de véhicules et réduction des points noirs sur la voirie) ;
• fluidifier les liaisons entre les deux rives de la Garonne (amélioration des liaisons avec la Presqu’île et renforcement de la capacité de franchissement du fleuve) ;
• offrir des alternatives attractives pour les liaisons entre la métropole et l’extérieur (rabattement des véhicules vers les lignes structurantes de transport existantes, renforcement de l’offre ferroviaire du RER Métropolitain, déploiement d’un « car-express », régulation du trafic des poids-lourds) ;
• décarboner les mobilités (modes actifs, mobilité électrique, conversion de la flotte de bus, ZFE-m …) ;
• favoriser une nouvelle gouvernance (coopération avec les EPCI voisins afin de définir un nouveau mode de gouvernance des mobilités, groupe de travail pour proposer des scénarios en 2022, discussions avec le SMT Nouvelle-Aquitaine Mobilités et les autres AOM ).

Tels sont les grands axes du schéma des mobilités 2020-2030 de Bordeaux Métropole présenté par Alain Anziani , le président, le 10/09/2021.

L’objectif du document, élaboré depuis juillet 2020, est de « repenser les mobilités pour décongestionner les communes et faciliter les déplacements », selon Alain Anziani. Il se décline en 19 actions visant les transports collectifs, les mobilités actives, la voirie, l’innovation, la logistique et la décarbonation.

Le périmètre se veut élargi pour « intégrer les territoires voisins et les flux venant de l’extérieur ». Il développe « une approche circulaire des transports qui vient compléter l’armature en étoile du réseau afin d’améliorer les connexions entre territoires ».

Le document fixe de nouveaux objectifs de part modale à horizon 2030 en passant de 29 à 32 % pour la marche, 8 à 18 % pour le vélo, 12 à 17 % pour les TC et 50 à 33 % pour la voiture. Sa mise en œuvre durant la mandature représente un budget de 3,3 Md€ (1,6 Md€ pour les investissements et 1,7 Md€ en fonctionnement), selon les estimations de la Métropole.

Le schéma des mobilités 2020-2030 sera soumis au vote en conseil métropolitain le 23/09/2021.

En partenariat avec News Tank Cities

 
 
 
 
Article Précédent

Capitale européenne de la Culture 2028

Article Suivant

Présidentielle 2022 : placer l’habitat au cœur du projet politique (JL Berho, Entretiens d’Inxauseta)